︎






série musiques

instant hip-hop

 



La scène du hip-hop est relativement nouvelle au Vietnam. Le pays a longtemps été fermé, avec la politique d’un parti unique communiste omniprésente. Une censure un peu moins stricte et l’accès aux plateformes comme Youtube ou Soundcloud ont permis à une scène de se développer. D’abord complètement underground et cachée, elle se répand maintenant dans le pays, très prisée par les jeunes. Les artistes écrivent des textes à double sens, maniant les jeux de mots et métaphores avec brio pour dénoncer ou parler de sexe et d’alcool sans être censurés.






Le plus battant




B Ray est un rappeur underground, controversé après avoir participé à une émission de télé : ce qui a été vu comme incompatible avec le fait de dénoncer la politique comme il le faisait dans ses titres. La télé est contrôlée par le gouvernement au Vietnam. Dans ce titre, B Ray raconte à quel point il a beaucoup d’ennemis et qu’il leur survivra en vivant longtemps (et bien). “Sống Dai” signifie “vivre bien”. 



Le plus rapide




Datmaniac est connu pour être le plus rapide, avec une diction parfaite. Ses textes sont longs, narratifs et offrent souvent une réflexion sur la vie. “Mấy con mèo” signifie “Les chats”, pour exprimer un parallèle avec certains comportements humains. Cette vidéo se déguste avec les sous-titres vietnamiens pour le flow.



Le plus dénonciateur




Hazard clique est composé de trois membres : Blacka, Cam et Pain (un écossais) qui essayent de surfer sur l’authenticité en se jouant de la censure. Dans ce titre, ils racontent l’histoire d’un ouvrier exploité qui tue son patron (occidental à priori) qui l’exploite, et qui finit par retourner son pistolet contre lui. Le titre veut dire “4 3 2 1”.



Le plus 90’s




Da LAB, KraziNoyze et Thỉm Small se sont associés pour ce titre. Le titre de la chanson signifie “no one can get hip-hop”, une ôde au “c’était mieux avant”. 



La plus féminine et saigonnaise




Suboi s’est fait connaître en 2016 lorsque Barack Obama lui a demandé de rapper en direct alors qu’elle posait une question lors d’un congrès. Depuis, elle se bat contre le machisme sur la scène hip-hop. Sa dernière vidéo est “N-SAO?” (qui signifie “pourquoi”) et raconte le Saigon changeant et d’autres choses stagnantes. Les sous-titres sont disponibles en anglais.



Le plus “riche”




Wowy, que l’on a rencontré, s’est associé à SMO pour ce titre qui dénonce les pouvoirs dévastateurs de l’argent. Comme à son habitude, Wowy dénonce tout en subtilité pour éviter la censure, dans une esthétique bling qui ne nous est pas inconnue...


︎

L’entretien avec Wowy, rappeur vietnamien :




︎

Tous les entretiens avec des personalités du Vietnam :
2018 ©presque ︎  ︎  ︎  CGV CGU ︎Paris