︎

Lêrin, l'aquarelliste gourmand



Lêrin est un aquarelliste vietnamien, spécialisé dans l’illustration des plats typiques de son pays. Précis, gourmet, il donne de la profondeur à ses œuvres, desquelles se dégagent quelque chose de lumineux (en plus d’être appétissant bien sûr). On a voulu en savoir plus sur son processus de création !

Précision à l’aquarelle, spécialités vietnamiennes : entretien avec Lêrin.



Entretien avec Lêrin.

28.09.2018



Lêrin, comment en es-tu arrivé à peindre des spécialités culinaires à l’aquarelle ?

Je ne m’étais pas destiné à cette activité, puisque j’ai suivi une formation de designer produit. J’ai travaillé dans l’industrie de la mode pendant 4 ans, jusqu’à donner ma démission. Je n’étais plus en adéquation avec mes missions.
Je suis parti voyager dans tout le Vietnam, pour faire le point sur ce que je voulais faire. J’adore manger, goûter de nouvelles choses : les plats du centre du Vietnam m’ont particulièrement fascinés. J’ai alors rencontré les bonnes personnes. J’ai pu réaliser des illustrations pour un livre centré sur les spécialités vietnamiennes, et tout a commencé !

Comment procèdes-tu pour en arriver à un tel résultat ?

La première étape est de comprendre la recette, connaître les ingrédients et goûter au plat pour pouvoir le retranscrire en forme et en couleurs.




Ça se comprend ! Ensuite, une fois que tu as aimé et compris la recette, quelle est l’étape d’après ?

Je prends une photo et j’esquisse rapidement la recette en quelques traits. Puis, avant de commencer, je choisis les couleurs. C’est mon étape préférée, la plus importante : celle qui va donner le ton de l’aquarelle ! Les couleurs doivent être réalistes mais doivent aussi être brillantes et harmonieuses. Une fois les couleurs choisies, c’est parti ! Je commence l’aquarelle et je ne m’arrête pas avant d’avoir terminé ma réalisation.

« Les couleurs doivent être réalistes mais doivent aussi être brillantes et harmonieuses. »


Combien de temps mets-tu pour réaliser une œuvre en moyenne ?

En moyenne, je peins pendant 4 heures. Mais il arrive souvent que je passe 8 heures d’affilée sur une même œuvre ! Au Vietnam, vous avez dû le voir, le riz est présent dans beaucoup de plats. Or, pour le représenter il faut beaucoup de patience et de précision. Dessiner un grain de riz après l’autre, c’est ce qui donne de l’ampleur au dessin.





Comment envisages-tu la suite ? Quelle est ton ambition ?

Tout d’abord, je voulais me concentrer sur l’illustration des plats vietnamiens. Notre pays s’ouvre au monde : il me tient à cœur de partager tout cet aspect de notre culture. Nous avons une gastronomie spéciale, qui a évolué avec notre histoire. Elle tient une place importante dans notre quotidien ! Ensuite, j’aimerais me concentrer sur des spécialités culinaires d’autres pays, en utilisant la même technique.

« Notre pays s’ouvre au monde : il me tient à cœur de partager tout cet aspect de notre culture. »


As-tu des idées spontanées de plats que tu pourrais dessiner pour la France ?

Spontanément, pour la France, je pense aux pommes de terre, à la baguette, aux crêpes, à l’omelette… mais aussi aux terrasses de café typiquement françaises ! Mais bien sûr, avant de dessiner il faudrait que je puisse goûter et m’imprégner de l’atmosphère française ;) Pour moi, le plus important se situe dans l’histoire à raconter : chaque détail compte pour que l’œuvre soit le plus réaliste possible !











︎


Tous les produits le rîn x monosketch,
fraichement rapportés de saigon :
Mark
2018 ©presque ︎  ︎  ︎ Mentions légales︎Paris